arrow leftarrow uparrow right

CONSOLATION, 30cm x 20cm, Pen and India ink on paper
THE LIMINAL PARK, 30cm x 20cm, Pen and India ink on paper
VISIONNAIRES, 30cm x 20cm, Pen and India ink on paper
PSYCHOPOMPE, 20cm x 20cm, Pen and India ink on paper
RESCUE, 20cm x 20cm, Pen and India ink on paper
SURRENDER, 30cm x 20cm, Pen and India ink on paper
SUBTERRANEAN, 20cm x 20cm, Pen and India ink on paper
THE FALLING MEN, 30cm x 20cm, Pen and India ink on paper
CHUTES, 30cm x 20cm, Pen and India ink on paper
LES DAMNÉS, 18cm x 22cm, Pen and India ink on paper
(c) Yukao Nagemi, all rights reserved, 2014-2016


Notice sur The Falling Men

In Logique de la sensation, Gilles Deleuze. Seuil, 2002. Traduction Douglas Eric Stanley

Le primat chez Bacon est donné à la descente. Bizarrement, l'actif, c'est ce qui descend, ce qui tombe. L'actif, c'est la chute, mais ce n'est pas forcement une descente dans l'espace, en extension. C'est la descente comme passage de la sensation, comme différence de niveau comprise dans la sensation. La plupart des auteurs qui se sont confrontés à ce problème de l'intensité dans la sensation semblent avoir rencontré cette même réponse : la différence d'intensité s'éprouve dans une chute. D'où l'idée d'une lutte pour la chute. [...] C'est comme chez Bacon : la chair descend des os, le corps descend des bras ou des cuisses dressées. La sensation se développe par chute, en tombant d'un niveau à l'autre. L'idée d'une réalite positive, active, de la chute est essentielle ici. (p.78)

The fall is active. It is the passing of sensation from one level to another in its descent, descent as immanence, rather than the loss of energy by a physical loss of height. It is the affirmation of these levels by sensation's passing through them that makes the fall active. Strange perhaps to imagine a piece of flesh falling off a body as an active affirmation of sensation. But this is the case.

C'est que la chute ne doit pas du tout être interprétée de façon thermodynamique, comme si se produisait une entropie, une tendance à l'égalité de plus bas niveau. Au contraire, la chute est là pour affirmer la différence de niveau comme telle.

It is not a loss of energy or a development of chaos as a loss in energy. Rather it is a production of energy, or better, a production of sensation. The fall as accumulation of passages from one level to the next, felt in, developed through sensation.

Cette idée de chute n'implique aucun contexte de misère, d'échec ou de souffrance, bien qu'un tel contexte puisse l'illustrer plus facilement. Mais de même que la violence d'une sensation ne se confond pas avec la violence d'une scène représentée, la chute de plus en plus profonde dans une sensation ne se confond pas avec une chute représentée dans l'espace, sauf par commodité et par humour. La chute est ce qu'il y a de plus vivant dans la sensation, ce dans quoi la sensation s'éprouve comme vivante. (p.79).

In no way does this idea of the fall imply misery, failure or suffering, even though it could easily be illustrated by just such a context. Just as the violence of sensation cannot be confused with the violence of a scene in its representation, the ever deepening fall into sensation does not confuse itself with a fall represented in space. Except of course in a humorous or convenient case. The fall is what is most alive in sensation, that in which sensation experiences itself as alive.