arrow leftarrow uparrow right

War & Factory for Rivets

0
0
0
s2sdefault

The KiteRivets est un projet vidéo en cours de développement en collaboration avec Benjamin Soistier.

Rivets est une critique de la vision progressiste du développement industriel depuis le 19e siècle. Le rivet qui permet d’assembler tôles et poutrelles autorise les projets architecturaux et mécaniques les plus utopiques, tels que la Tour Eiffel, mais aussi les constructions de machines de guerres aux accents léthaux. Comme Tinguely l’a si bien mis en scène, la machine est un être ambivalent dont le pouvoir nous échappe. Le rivet, élément anodin, est à la machine ce que le pixel est à l’image numérique. Il en est la cellule et l’ADN. Discret, parce que masqué et enchâssé, et assourdissant, parce qu’assemblé dans le martellement et la contrainte.

Cette vidéo inverse les rôles. Le rivet y est en vedette, et s’affirme comme la force syncopée qui rassemble les éléments disparates où il apparaît. L’emblème du rivet est l’aviation militaire de la deuxième guerre mondiale, dont le déchaînement nucléaire paroxystique sur le Japon est un des multiples avatars d’une histoire des violences guerrières commencée bien avant et encore actuelle. En images subliminales, gravées dans notre subconscient occidental, apparaissent, fantomatiques et obsédantes, des visions d’horreurs de la guerre comme Goya les a violemment caricaturées en son temps, et des images d’esclavage humain de “working class heroes”, au quotidien parfois tragique.
La modernité et le progrès humain, symbolisés par le rivet, cette pièce d'assemblage prisonnière des éléments qu'elle unit, est une métaphore de l'ouvrière et du soldat, pièces interchangeables et captives de structures qu'ils soudent et qui les ignorent.